Equipe

Notre joyeuse équipe se compose de profils très divers : chercheurs et étudiants issus de l’architecture, de la géographie, de la philosophie, de l’art de la scène, de la littérature française et étrangère, de l’histoire, de l’économie, nous sommes ouverts à toutes les disciplines.

Ce blog est principalement animé par :

    • Rédactrice en chef : Marine Bedon
    • Équipe de rédaction : Pierre-Alexandre Goyet, Emma Merabet, Marie Detemple
  • Crédits photographiques : Marie Detemple, Marine Bedon

Marine Bedon

Doctorante en Histoire de la philosophie, elle a travaillé en M1 sur la place de la nature dans l’esthétique de Hegel et aux rapports d’inclusion/exclusion entre la nature et l’esprit, avant de s’intéresser en Master 2 à l’écologie profonde et à la philosophie écologique d’Arne Naess, fondateur du mouvement, dans la mesure où elle est fortement inspirée de Spinoza. Le travail portait alors tout particulièrement sur l’évaluation de l’influence de la pensée de Spinoza dans l’élaboration d’une pensée écologique englobante et orientée vers l’action. Elle poursuit ces travaux en thèse en s’intéressant tout particulièrement à la place et aux statuts de l’expérience dans la philosophie de Spinoza, dans la caractérisation de ce qui peut dessiner une « condition humaine » d’une part, immergée dans la nature et en constante interaction avec ce qui la compose, et dans la mise en œuvre d’une transition éthique vers des modes de vie plus rationnels d’autre part, c’est-à-dire plus cohérents, plus riches, et d’une plus grande valeur qualitative. Elle se penche ainsi plus spécifiquement sur la pertinence de cette méthode et de ces aspects pour penser aujourd’hui la crise écologique, en relisant l’Ecosophie T d’Arne Naess comme une interprétations systématique et originale de la philosophie de Spinoza.

Marie Detemple

En M1 de géographie Gestion du territoire et développement local (Parcours Mondes Émergents, Mondes en Développement), son parcours se nourrit de diverses sciences sociales. Elle affectionne particulièrement les approches pluridisciplinaires et les regards croisés, mais comprend le monde et ses enjeux humains et écologiques comme irrémédiablement liés aux territoires. Elle souhaite travailler sur la manière dont nous concevons aujourd’hui la nature et le comportement que les sociétés doivent adopter par rapport à elle, sur la façon dont ces optiques s’adaptent aux territoires et comment ces injonctions sont souvent productrices d’inégalités et de dysfonctionnements — et sur d’éventuelles solutions à apporter. Elle souhaite mener une recherche engagée à partir notamment de méthodes participatives, qu’elle souhaiterait poursuivre en M2 et en thèse.

Pierre-Alexandre Goyet

Architecte diplômé de l’ENSA-Marseille et charpentier. Il est titulaire d’un DPEA recherche en architecture acquis au sein du laboratoire Gerphau, Philosophie, Architecture, Urbain ; laboratoire dans lequel il a développé un travail de recherche sur les notions duelles de quantité-qualité ou forme-processus et leurs influences dans le champ de la pensée philosophique et architecturale ainsi que dans la fabrication et la transformation des territoires. Ce travail, prolongement de recherches effectuées en Master d’architecture, questionne l’aménagement du monde et la pensée de la nature assujettis aux sciences positives et aux données quantifiables.
En parallèle, il mène une activité de charpentier qui lui permet de lier recherches et pratiques, notions philosophico-politiques et actions dans la sphère matérielle afin de questionner l’influence toujours grandissante des processus de normalisation dans la fabrique des territoires ainsi que la transformation de la matière en matériaux puis en produits.

Tristan Martine 

Il étudie la philosophie à l’ENS de Lyon, il a travaillé sur l’évolution historique du concept de nature, ainsi que sur la thématique des droits des non-humains. Il a notamment réalisé la traduction de l’article Should trees have standing ? de Christopher Stone, aux éditions du Passager clandestin, et une étude sur l’Expérience équatorienne des droits de la nature, à paraître aux éditions de l’Harmattan. Dans un cas comme dans l’autre, l’idée d’attribuer des droits subjectifs à certains objets naturels ou à la nature dans son ensemble est présenté par ses défenseurs comme une manière de réaliser concrètement les exigences d’une éthique bio-centrique, où les intérêts humains ne sont plus les seuls à être pris en compte pour eux-mêmes.

Emma Merabet

En quatrième année d’arts de la scène et en projet long de recherche, elle travaille depuis le Master 1 sur les imaginaires écologiques et la façon de faire du théâtre à l’ère de l’Anthropocène – de décentrer la présence humaine au plateau, d’inclure des matérialités non-humaines, d’expérimenter des formes d' »attention écologique ». Elle s’apprête à poursuivre ces réflexions en thèse, en creusant avant tout des questions esthétiques et sensibles portant sur la figuration des enchevêtrements humain/milieu.

Julie Arnaud

Agrégée de philosophie, actuellement en Master 2 Philosophie contemporaine et projet de thèse à l’ENS de Lyon, elle s’est intéressée dans ses précédents travaux au statut, dans l’œuvre du pragmatiste américain William James, de l’expérience religieuse, caractérisée alors dans une perspective naturaliste comme qualité religieuse de l’expérience. Analysant ainsi l’opérativité sociologique qu’une telle requalification pouvait lui conférer, cela la conduit aujourd’hui à s’interroger, dans une perspective de recherche, aux conditions de possibilité de l’action politique collective, dans un cadre théorique pragmatiste à portée plus explicitement sociale (philosophie sociale de John Dewey). C’est par ce biais qu’elle porte un intérêt à la notion d’écologie, d’un point de vue politique, la comprenant comme un possible  synonyme de l’action démocratique radicale (ou : conséquente avec elle-même). Autrement dit, une action qui ne soit pas réductible (bien qu’elles soient nécessaires) à des institutions, mais qui engage une nouvelle façon de considérer les interactions (nature/culture, individu/société, moyens/fins, etc.).

Roméo Bondon

En Master 1 de géographie et gestion de l’environnement (parcours GRAINE à l’ENS et Lyon 2), il souhaite saisir l’interface humains-milieux par l’étude des comportements territoriaux des animaux non-humains, et les interactions de ces derniers avec les actions anthropiques de conservation. Inspiré par les travaux d’anthropologie de la nature de Philippe Descola et Eduardo Viveiros de Castro autant que par la lecture des textes géographiques d’Elisée Reclus, il a à coeur de lier des approches issues des sciences sociales comme des sciences naturelles. Son mémoire de M1 devrait, dans ce sens, joindre géographie et écologie comportementale afin de comprendre l’utilisation de l’espace que font les animaux non-humains

Ines Tudo

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, elle enseigne actuellement la philosophie en lycée. Elle a travaillé dans un premier temps sur Descartes avant de se tourner vers la philosophie de l’écologie et d’étudier plus précisément les thèses d’Arne Naess, fondateur du mouvement de l’écologie profonde. Elle aborde son œuvre sous l’angle de la métaphysique classique, interrogeant plus particulièrement sa conception du sujet. Elle souhaite montrer que l’introduction d’une pensée écologique forte ne peut se faire sans la remise en question du statut du moi humain hérité du cartésianisme. La pensée d’Arne Naess nous invite ainsi  à repenser complètement notre rapport à nous-mêmes.  Ses activités d’enseignement la conduisent également à mener un travail de vulgarisation des principaux courants et concepts de l’écologie afin de mettre ces problématiques à la portée du plus grand nombre.

Elise Haessig 

Actuellement en Master 2 de littérature comparée, elle travaille cette année en écocritique/écopoétique, sur des récits fictifs de militants engagés dans la défense du monde marin. Autour d’un corpus composé de trois œuvres contemporaines, elle interroge les réappropriations, à l’heure de la crise environnementale et de la mise en danger de nombreuses espèces de baleines, du roman Moby Dick de Melville. En parallèle de ses activités de recherche, elle est présidente de l’association ENvertS qui propose chaque semaine des paniers de légumes locaux pour favoriser le maintien et le développement d’une agriculture paysanne (AMAP). Dans le cadre de la présidence de cette association, elle s’efforce également de diminuer l’empreinte écologique de l’École en veillant à diminuer au maximum les gaspillages d’énergie et de matériaux, et en veillant à leur recyclage.