Présentation

Bienvenue !

Le Laboratoire Junior Écologie : Natures et Expériences (ECONES) est un laboratoire interdisciplinaire de l’ENS de Lyon, financé par l’ENS de Lyon, l’IHRIM, et l’Ecole Doctorale de Philosophie 487 de l’Université Lyon 3. Les membres du Laboratoire ECONES sont des étudiants et des chercheurs. Nous sommes issus de l’architecture, de la géographie, de la philosophie, de l’art de la scène, de la littérature française et étrangère, de l’histoire, de l’économie, etc.

Nous nous réunissons régulièrement au cours de séances de séminaire, où nous présentons nos travaux. Nous organisons par ailleurs des manifestations scientifiques, et prochainement des ateliers plus pratiques. Ce carnet hypothèses est à la destination des membres du Laboratoire, il permet de publier les compte rendus des séances de séminaire, ainsi que le calendrier des prochaines séances et manifestations. Il est également à destination d’autres chercheurs, étudiants et autres, qui seraient intéressés par ces problématiques et par les activités du Laboratoire.

  • Orientations de recherche du Laboratoire Junior :

Qu’on l’appelle « politique », « phénoménologique » ou « pragmatique », l’écologie n’est pas, comme telle et isolément – sous la forme d’un discours politicien, technique, scientifique ou managérial – le point de départ de ces pensées critiques et constructives, soucieuses de modifier les relations que les humains entretiennent entre eux et avec le monde qu’ils habitent. C’est le constat d’une qualité de vie médiocre, d’une détérioration du monde dans lequel on vit et des lieux qu’on habite, de relations interhumaines fondées sur la domination, l’irrespect ou l’indifférence, d’une organisation de la production et du contrôle de la consommation peu soucieuse des hommes et des libertés, de la réduction de l’humain à des intérêts polarisés sur l’acquisition de biens matériels, qui sont le souci premier. Mais ces pensées, inquiètes du monde et des hommes, portent toujours intrinsèquement en elles une critique de la façon dont on pense la nature et vit dans notre « environnement » ou notre milieu. Toutes exigent, pour sortir d’une situation critique, de repenser la façon dont on habite le monde, le sens de notre action individuelle, collective, sociétale et politique, les relations que nous entretenons avec les autres, humains et non humains. Toutes portent en elles un discours écologique – « qui s’intéresse à la coexistence entre des êtres hétérogènes et interdépendants »1 – et nous obligent à penser autrement, pour, en même temps, changer les conditions de l’action, l’agir lui-même, et notre perception du monde.
Ces démarches, écologiques en un sens spécifique, semblent avoir en partage un ancrage particulier : l’expérience, ou les expériences. Ainsi, l’expérience peut être le terrain d’expérimentations d’un organisme indissociable de l’environnement avec lequel il évolue, elle peut être une ouverture perceptive et charnelle au monde, ou la manière dont on vit et agit au quotidien, ensemble, et dont on apprend de notre contact constamment renouvelé avec les autres. C’est un concept bien vaste, sans doute, mais qui d’emblée replace l’écologie dans la vie, au cœur des préoccupations quotidiennes, de pratiques particulières ; qui en fait un enjeu existentiel – au sens large : ce qui se joue ici c’est la qualité de l’existence elle-même, la qualité du vécu.

La « nature », la « biodiversité » ou l’« environnement », ne sont alors plus des espaces neutres et homogènes, apolitiques, là-devant, disponibles à tout moment (et éclipsable à tout moment) pour une intervention humaine sur eux. Ils sont, d’emblée, indissociables des significations, des valeurs, et des priorités conférées par les existences de chacun.e, mobilisées dans une multitude de mondes créés. Qu’on fasse des expériences, qu’on acquiert de l’expérience, ou qu’on ait de l’expérience, l’expérience est toujours expérience dans un monde, avec d’autres, insérée dans un tout et une temporalité distendue ; elle est un engagement qui, même s’il est individuel, implique le(s) collectif(s).

Né de préoccupations écologiques, mais conscient que celles-ci ne font sens qu’au sein d’existences particulières, le Laboratoire Junior « Écologie, Natures et Expériences » part de l’expérience (des expériences) pour orienter ses recherches dans des disciplines aussi diverses que la philosophie, l’architecture, les arts de la scène, l’écologie scientifique, la géographie, l’histoire, l’anthropologie, etc. Assumant le caractère vague de ce concept, qui peut être investi dans des travaux différents (qu’ils soient qualifiés de « pragmatiques », « phénoménologiques », ou autres, ou qu’ils échappent à toute catégorisation tranchée), il nous rassemble autour de l’intérêt porté aux expériences particulières ou partagées, qu’il s’agit de décrire, de thématiser ou d’interroger, auxquelles il s’agit de donner une voix, ou des voix, afin notamment de mettre en évidence les conflits qui émergent parfois d’expériences différentes et sont souvent présentés (sans cet ancrage dans l’expérience) de manière manichéenne. Expériences qui nous intéressent dans la mesure où elles impliquent des questionnements et des choix éthiques, politiques, et esthétiques qui sont indissociables de problématiques écologiques. Expériences dont la prise en compte nous semble, enfin, indispensable à la formulation d’une pensée écologique réellement effective.

Note. 1 Hache, Émilie. Ce à quoi nous tenons: propositions pour une écologie pragmatique. Paris, France: Les empêcheurs de penser en rond : La Découverte, 2011.

Marine Bedon.