Evénements des partenaires

Le groupe ECOPHILY vous attend pour sa troisième séance :

Jeudi 29 novembre 2018 – Les natures invisibles

14h30-17h30, Salle D24 (15 quai Claude Bernard, Université Jean Moulin
Lyon 3, 69007 Lyon)

« Tout ce que nous ne voyons pas qui est immense » : jardins, friches et
interstices sont habitées par une nature si ordinaire et discrète qu’on
ne la remarque pas. Paradoxalement, ces espèces anodines condensent et
connectent des mondes hétérogènes fascinants : usages indissociables de
l’évolution humaine, histoires de migrations, enjeux esthétiques, outils
de résistances et de luttes face aux monocultures, … Pour apprendre à
composer avec ces natures invisibles, Liliana Motta et Rémi Beau
partageront leurs réflexions et le fruit de leurs expérimentations.

Liliane Motta est artiste-botaniste, fondatrice du Laboratoire du
dehors, et Rémi Beau est Philosophe à l’université Paris 1
Panthéon-Sorbonne.

Cette après-midi d’étude est organisé par ECOPHILY (ED 487, IRPHIL, Lyon
3, ENS Lyon, Université de Lausanne). Ce projet, porté par une équipe de
doctorant.e.s en philosophie de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et de
l’ENS Lyon, vise à interroger ce que la crise environnementale fait à la
philosophie, en créant les conditions d’un dialogue entre universitaires
et acteurs de terrain.

RENSEIGNEMENTS : groupe.ecophily@gmail.com

Articles récents

Arne Naess et l’expérience des valeurs

Prochaine séance de séminaire : 

                              Le mercredi 29 mai à 18h à l’ENS de Lyon, salle D2 002

                                                 Stéphane Dunand

Viendra nous parler d’écosophie, expérience et valeurs chez le philosophe norvégien Arne Naess, fondateur de la deep ecology.

Stéphane Dunand est philosophe, auteur de « L’expérience du monde », essai qui clôt l’ouvrage La réalisation de soi. Spinoza, le bouddhisme et l’écologie profonde. Arne Naess, éditions Wildproject (2017).

 

L’intervention est ouverte à toutes et tous, dans la limites des places disponibles.

Résumé de l’intervention

Pourquoi faut-il lutter pour préserver une forêt où d’autres projettent de faire passer une route inutile ? Arne Naess pense que ce qui motive le défenseur de cette forêt est l’amour qu’il éprouve pour elle, son désir de préserver sa valeur, par exemple sa beauté. On dira alors qu’il est irrationnel, qu’il prend son expérience pour une révélation du monde, alors qu’elle n’est qu’une illusion. La beauté de la forêt est dans son œil de spectateur et l’attitude de l’activiste n’est alors qu’affaire d’émotion, tandis que la défenseur de la route est du côté de la raison : ce qui nous entoure n’a de valeur qu’instrumentale. Nous allons examiner la réponse ontologique de Naess à ce genre d’argument en esquissant à grands traits son ontologie des gestalts. Nous montrerons ensuite comment cette ontologie peut affronter les conflits de valeur entre personnes différentes, celle qui veut défendre la forêt et celle qui est insensible à sa beauté ou qui la perçoit comme horrible. En effet, si les valeurs sont objectives, la forêt peut, semble-t-il, être à la fois horrible et belle. Naess montrera qu’avoir une expérience des valeurs positives de la nature est le signe d’une vie bonne et d’une réalisation de soi. Le Soi n’étant pas, en un sens que nous verrons, limité aux frontières de notre esprit ou de notre corps, nous verrons pourquoi, il importe que ce que l’on appelle la nature soit en un sens préservée. C’est donc l’ontologie des valeurs et de l’expérience de Naess dont on tentera de dresser les contours.

  1. Calendrier des séminaires Laisser un commentaire
  2. Appel à contribution : écriture d’article Laisser un commentaire
  3. Le 10 avril : Peut-on avoir une théorie antifondationaliste de la nature humaine ? Laisser un commentaire
  4. La nature a-t-elle un prix ? Laisser un commentaire
  5. Prendre soin de l’environnement : pratiques d’agriculteurs Laisser un commentaire
  6. Philosophie de terrain Une expérience aux jardins Laisser un commentaire
  7. Conférence débat Laisser un commentaire
  8. Philosophie de terrain aux jardins Laisser un commentaire
  9. Pérégrinations Laisser un commentaire
  10. De l’expérience de terrain en philosophie : les jardins partagés Laisser un commentaire
  11. Faune et Flore – Francis Ponge Laisser un commentaire
  12. Histoire croisée de la géographie et de l’écologie Laisser un commentaire
  13. Le non-humain dans le cinéma numérique et le capital environnemental Laisser un commentaire
  14. Philippe Descola, Tim Ingold, Augustin Berque Laisser un commentaire