Evénements des partenaires

Le groupe ECOPHILY vous attend pour sa troisième séance :

Jeudi 29 novembre 2018 – Les natures invisibles

14h30-17h30, Salle D24 (15 quai Claude Bernard, Université Jean Moulin
Lyon 3, 69007 Lyon)

« Tout ce que nous ne voyons pas qui est immense » : jardins, friches et
interstices sont habitées par une nature si ordinaire et discrète qu’on
ne la remarque pas. Paradoxalement, ces espèces anodines condensent et
connectent des mondes hétérogènes fascinants : usages indissociables de
l’évolution humaine, histoires de migrations, enjeux esthétiques, outils
de résistances et de luttes face aux monocultures, … Pour apprendre à
composer avec ces natures invisibles, Liliana Motta et Rémi Beau
partageront leurs réflexions et le fruit de leurs expérimentations.

Liliane Motta est artiste-botaniste, fondatrice du Laboratoire du
dehors, et Rémi Beau est Philosophe à l’université Paris 1
Panthéon-Sorbonne.

Cette après-midi d’étude est organisé par ECOPHILY (ED 487, IRPHIL, Lyon
3, ENS Lyon, Université de Lausanne). Ce projet, porté par une équipe de
doctorant.e.s en philosophie de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et de
l’ENS Lyon, vise à interroger ce que la crise environnementale fait à la
philosophie, en créant les conditions d’un dialogue entre universitaires
et acteurs de terrain.

RENSEIGNEMENTS : groupe.ecophily@gmail.com

Articles récents

Une capacité d’action de l’environnement ? John Dewey et la « piété naturelle »

Prochaine séance du séminaire ECONES

Louis Quéré – Sociologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur de l’institut Marcel Mauss..

« La « piété naturelle » comme composante d’une « juste perspective dans la vie ». Selon John Dewey.« 

Résumé :
« Dans sa philosophie de la religion, John Dewey critique ceux qui manquent de « piété naturelle ». Pour lui, la « piété naturelle » doit faire partie intégrante d’une « juste perspective dans la vie ». Je voudrais expliquer pourquoi Dewey accorde une telle importance à cette attitude, qu’il considère comme religieuse. La principale raison est sa conception de l’intégration première de l’organisme et de l’environnement, qui l’amènera, vers la fin de sa vie, à substituer une problématique de la trans-action à celle de l’inter-action. La « piété naturelle » ne se justifie que si l’on renonce à l’idée d’une extériorité mutuelle de l’organisme et de l’environnement, et  l’on attribue une véritable capacité d’action à l’environnement. »

18 juin à 14h – 16h – ENS de Lyon – salle D2 002.

L’entrée est libre, et sans réservation.

Contact : julie.arnaud@ens-lyon.fr

  1. Arne Naess et l’expérience des valeurs Laisser un commentaire
  2. Calendrier des séminaires Laisser un commentaire
  3. Appel à contribution : écriture d’article Laisser un commentaire
  4. Le 10 avril : Peut-on avoir une théorie antifondationaliste de la nature humaine ? Laisser un commentaire
  5. La nature a-t-elle un prix ? Laisser un commentaire
  6. Prendre soin de l’environnement : pratiques d’agriculteurs Laisser un commentaire
  7. Philosophie de terrain Une expérience aux jardins Laisser un commentaire
  8. Conférence débat Laisser un commentaire
  9. Philosophie de terrain aux jardins Laisser un commentaire
  10. Pérégrinations Laisser un commentaire
  11. De l’expérience de terrain en philosophie : les jardins partagés Laisser un commentaire
  12. Faune et Flore – Francis Ponge Laisser un commentaire
  13. Histoire croisée de la géographie et de l’écologie Laisser un commentaire
  14. Le non-humain dans le cinéma numérique et le capital environnemental Laisser un commentaire