Calendrier des séminaires

Un mercredi par mois, les membres du Laboratoire ECONES vous invitent à une séance de séminaire : 

Dernières séances

  • 13 mars : Baknadil Merabet : “La nature a-t-elle un prix ? Penser la valeur d’un bien commun”.
  • 10 avril : Stéphane Madelrieux : l’intervention portera sur le rapport nature/culture dans l’empirisme radical de W. James et l’infléchissement (social) de son traitement dans la pensée de J. Dewey.

Séances à venir

  • 29 Mai : Stéphane Dunand, auteur de “L’expérience du monde” dans l’écosophie de Arne Naess, essai qui clôt l’ouvrage La réalisation de soi, Arne Naess, éditions Wildproject (2017). L’intervention portera sur l’expérience du monde dans la philosophie écologique d’Arne Naess.
  • 18 Juin (à préciser) : Louis Quéré, sociologue, directeur de recherche au CNRS émérite et ancien directeur de l’Institut Marcel Mauss.

Appel à contribution : écriture d’article

Ecrire sur l’expérience pour le Laboratoire Junior en vue d’une publication

Le laboratoire vous invite à écrire un article pour une revue annuelle. Vous intéressant à l’expérience et à des problématiques écologiques, vous pouvez, depuis la discipline qui est la vôtre, participer à ce projet ! Toutes les perspectives sont les bienvenues, les expériences étant d’autant plus pertinentes qu’elles sont riches et différentes.

La revue se propose de porter son attention sur l’expérience – qui peut être mise au pluriel – l’écologie et la nature – qui peuvent également être mises au pluriel – afin de mettre en évidence le lien indissoluble qu’elles entretiennent entre elles. Lien indissoluble qui peut conduire, dans certaines situations, à des souffrances et perte de sens, à la détérioration de notre expérience, en même temps que de la nature, à une « crise écologique », en somme (celle que nous vivons actuellement). Lien indissoluble qui peut néanmoins, dans certaines conditions, ouvrir sur une expérience plus riche, insérée dans un monde où la vie, humaine comme non humaine n’est pas restreinte dans ses possibilités.

 

Thème de la revue : “Expériences et Limites”.

Présentation :  L’écologie, ou les écologies, qui nous intéressent ont en partage un ancrage particulier : l’expérience, la rapport vécu au monde. L’expérience peut être le terrain d’expérimentations d’un organisme indissociable de l’environnement avec lequel il évolue et inter-agit, elle peut être une ouverture perceptive et charnelle au monde, ou la manière dont nous vivons et agissons au quotidien, ensemble. Elle est également source de connaissances par le contact constamment renouvelé à ce monde et à autrui. C’est un concept bien vaste, sans doute, mais qui d’emblée replace l’écologie dans la vie, au cœur de préoccupations quotidiennes et de pratiques particulières. Il en fait un enjeu existentiel – au sens large : ce qui se joue ici c’est la qualité de l’existence même, la qualité du vécu.
propositions d’articles attendues avant le 15 juin 2019
Mais prendre pour point d’ancrage les expériences du monde, cela implique de remettre en cause certaines limites – ontologiques, conceptuelles – et d’en chercher d’autres – existentielles. Dès lors, quelles sont les limites de l’expérience? Et quelles expériences des limites faisons-nous? Ou sommes-nous ammené.es à faire?
Modalités Sont attendues des contributions venant de toutes les disciplines de recherche : des sciences, de la littératures, des sciences humaines et sociales; ainsi que de diverses pratiques, qu’elles soient architecturales, artistiques, artisanale, etc. Nous veillerons à l’interdisciplinarité de la revue. Les articles devront comporter environ 15 000 signes. Des images, croquis, dans la mesure où ils servent le propos, pourront être insérés.

Envoyer les propositions et les articles dès maintenant, et avant le 15 juin 2019, aux deux adresses suivantes :
marine.bedon@ens-lyon.fr
pierre-alexandre.goyet@hotmail.fr

Télécharger l’appel à contribution complet :

Le 10 avril : Peut-on avoir une théorie antifondationaliste de la nature humaine ?

Instinct, intelligence et institution dans le pragmatisme de W. James et J. Dewey

Stéphane Madelrieux

Le 10 avril 2019 de 18h à 20h
à l’ENS de Lyon
Salle D2. 102 – site Descartes

         ” La question des instincts n’est pas une question secondaire pour un pragmatiste. Elle est d’abord importante théoriquement, parce qu’elle constitue une voie d’entrée pour comprendre l’intersection du pragmatisme et du naturalisme. Si en effet le pragmatisme cherche à définir ou expliquer les phénomènes humains, depuis les concepts psychologiques jusqu’aux valeurs morales et politiques, en termes d’action et si, par ailleurs, le naturalisme consiste à souligner l’absence de discontinuité entre l’humanité et le reste de la nature, alors le problème de leur intersection se pose sous la forme d’une interrogation sur la continuité entre les conduites humaines complexes, intelligentes et socialisées et leurs tendances naturelles à agir. Que l’être humain ait des instincts comme les autres animaux, que de surcroît ses actions intelligentes et socialisées puissent se comprendre comme le développement de tendances naturelles à agir, telle est la double thèse nécessaire à un pragmatisme qui se veut naturaliste. La redescription de l’être humain comme un être d’abord agissant et doté de tendances innées à agir est en outre importante pour des raisons pratiques, liées à la réforme de l’éducation. Si l’enfant ne présente pas un esprit vide à remplir de l’extérieur, alors « le matériel et le point de départ de toute éducation » (Dewey, 1972, p. 85) sont fournis par ses capacités instinctives à agir, présentes et opérant avant tout apprentissage, et que le pédagogue se doit de connaître pour mieux les orienter. 

Du point de vue philosophique néanmoins, le problème que pose cette théorie psychobiologique des instincts réside dans le maintien, à première vue surprenant, de l’idée d’une « nature humaine ». Malgré leurs critiques de l’essentialisme, du fondationalisme et du déterminisme – positions couramment associées à l’idée d’une nature humaine fixe dont on pourrait dériver les principes de la conduite –, les pragmatistes n’entendent pas éliminer purement et simplement l’idée de « nature humaine ». Le problème revient donc à comprendre si et comment leur théorie des instincts permet aux pragmatistes de reconstruire cette idée de nature humaine en la débarrassant de l’essentialisme et du fondationnalisme qui lui sont traditionnellement associés, tout en maintenant une perspective naturaliste sur la compréhension de la conduite humaine. La ligne générale de cette conciliation est à mon sens la suivante : une analyse bien comprise de la naturalité de l’être humain suffit à saper toute tentative de trouver dans la nature humaine la source d’autorité devant fournir les principes de la conduite. C’est au sein même de la théorie des instincts que l’on trouve les ressources pour montrer que la nature humaine ne détermine pas univoquement la conduite. Comme le dit ailleurs Dewey, c’est parce que le pragmatiste est naturaliste qu’il peut être humaniste.”

Stéphane Madelrieux est Maître de Conférence HDR à l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Entrée libre.
Contact: julie.arnaud@ens-lyon.fr