Philosophie de terrain Une expérience aux jardins

Après deux séances de restitution des résultats, le 5 et le 28 octobre 2018, le groupe de recherche « Philosophie de terrain » (Marion Bérard, Margaux Dubar, Maud Benetreau, Marine Bedon) communique certains de ses résultats, à télécharger ci-dessous : 
– Le premier lien vous conduit vers la présentation par Margaux Dubar et Marion Bérard du groupe de recherche « Philosophie de terrain », et du projet aux jardins.
– Le deuxième lien vous conduit vers la présentation de Marine Bedon sur la question écologique de « l’éducation à l’environnement ».
– Le troisième lien vous conduit vers la présentations de Maud Benetreau sur la question politique du partage sur les jardins partagés.


De l’expérience de terrain en philosophie : les jardins partagés

Evénement : le 5 Octobre

Intervention du groupe de recherche « Philosophie de terrain » de l’ENS de Lyon et l’Université Lyon 3 (Maud Benetreau, Margaux Dubar, Marion Bérard, Marine Bedon) pour réfléchir avec vous sur ce que peut être la place d’un terrain dans la recherche philosophique, et vous présenter quelques résultats de travaux menés sur des jardins partagés dans la ville de Lyon.

A l’ENS de Lyon, salle D2 002, 14h – 17h.

Evénement ouvert à toutes et tous.

Histoire croisée de la géographie et de l’écologie

Histoire croisée de la géographie et de l’écologie (1800-1980)

avec Philippe Pelletier

9 mai 2018

Nous avons eu le plaisir d’accueillir Philippe Pelletier, géographe à l’Université Lyon II.

Présentation de l’intervention : Une brève histoire croisée de la géographie et de l’écologie (1800-1980)

La géographie et l’écologie partagent en principe un même champ de recherche : l’étude scientifique de l’interface nature-société.
Mais ce principe est contrebalancé par plusieurs réalités historiques et épistémologiques. La géographie en tant que science fait très souvent référence aux concepts et aux méthodes de l »écologie (scientifique), tandis que l’inverse est loin d’être vrai.
L’écologie, à partir du moment où elle se déclare également politique (1957 avec un article de Bertrand de Jouvenel, sa politisation en France après mai 68 avec la candidature Dumont en 1974) regarde de travers la géographie considérée comme support d’un aménagement du territoire insatisfaisant.
Les géographes oublient l’origine idéologique de l’écologie savante forgée par Ernst Haeckel en 1866, savant prussien naturaliste, anti-socialiste, social-darwinien, pangermaniste, malthusien, eugéniste, belliciste, racialiste et nationaliste. Les écologues et les écologistes aussi, ou tournent la tête, ou refusent de reconnaître l’importante continuité entre cette écologie et celle du XXe siècle via une conception biologique du monde, souvent social-darwinienne, qui aboutit à une naturalisation du social.
Les géographes, mais aussi les écologues, et les écologistes, oublient également l’autre proposition savante qu’est la mésologie, forgée dans les années 1850-1860, reprise en 1905 par le géographe Élisée Reclus. Celui-ci, hostile aux positions de Haeckel, propose aussi une géographie sociale (alors que Vidal et les vidaliens privilégie une géographie humaine).
Mais s’agit-il vraiment d’un « oubli » ? Les histoires tant de l’écologie (savante) que de la géographie (scientifique) ne traitent en tous les cas pas le sujet. Compte tenu de la situation écologique et géographique actuelle (ressources, climat, milieux, environnement…), mais aussi de la situation politico-économique (mondialisation du capital, consécration de l’État-nation, réveil des fondamentalismes), la question est à la fois essentielle et complexe, car mêlant des principes épistémologiques et des positionnements idéologico-politiques qui posent et reposent la question de l’engagement du chercheur.