Evénements à venir

Sur cette page, vous pourrez trouver les différents événements à venir, ainsi que la date et le lieu.

  • PROJECTION – DÉBAT : La financiarisation de la nature

—————————————————————————————————————–

« Finissons-en avec Flipper :
La colonisation des océans et notre rapport aux cétacés »

Conférence-débat le 10 décembre 2018, 14h

Le laboratoire « Ecologie : Natures et Expériences invite le militant antispéciste Julian Aranguren pour une présentation de ses recherches sur l’exploitation humaine des océans. La conférence se concentrera sur le cas emblématique de notre rapport aux populations de cétacés.

Que nous apprend l’éthologie sur le psychisme des dauphins ? A quelle époque la représentation du dauphin-mignon apparaît-elle, et qu’est-ce que l’activisme anti-delphinarium ? Peut-on appliquer aux océans les concepts issus de la critique anti-coloniale ?

Lundi 10 décembre, 14h, salle D2-018.

La conférence dure une heure et sera suivie par une heure de débat.


  • PÉRÉGRINATIONSProtocoles de dérives et de cartographies sensibles, pour éprouver la ville autrement

    « Ne pas trouver son chemin dans une ville, cela ne signifie pas grand-chose. Mais s’égarer dans une ville comme on s’égare dans une forêt demande toute une éducation. »

    Walter Benjamin, Enfance berlinoise (1930-1933)

Éduquer l’attention, telle est l’ambition de ces ateliers sensibles, qui invitent à des cheminements itinérants dans la ville de Lyon. Suivant plusieurs protocoles de navigation et de perception, ils visent avant tout à provoquer une autre expérience des lieux et de ce(ux) qui s’y trame(nt) – une expérience densifiée de sensations et d’imaginaires, déroutant les logiques de l’économie de l’attention au profit d’une écologie de l’attention (Citton, 2014).

En défendant que la marche est à la fois une lecture et une écriture de l’espace (Careri, 2013), un deuxième volet de ces ateliers consiste à transcrire ces expériences vécues avec les lieux et selon leurs spécificités sous la forme de récits et de cartographies sensibles. Des objets qui figurent des trajectoires singulières, recomposant les paysages traversés et imaginés à partir des traces mémorielles, sensorielles et des matériaux effectivement glanés au cours du cheminement.

Protocole #1 : Éprouver la ville les yeux fermés (1h)

Les yeux fermés et accompagné.e par un partenaire du laboratoire ECONES qui vous guide et assure le bon déroulé de votre immersion, vous parcourez durant quarante minutes la ville, éprouvant la variété de ses textures et de ses rythmes, consentant au flottement qu’induit la perte provisoire du sens de la vue. À quelques reprises, la proposition vous est faite d’ouvrir les yeux pour les refermer aussitôt, ajoutant ces instantanés photographiques à la collection de vos impressions. Une fois interrompues les sursollicitations visuelles et la nécessité de vous situer, spatialement et socialement (Lefkowitz, 2015), à quoi êtes-vous disponible ? Quels sont vos nouveaux repères et à quels espaces ouvrent-ils ?

La marche est suivie d’un échange d’une vingtaine de minutes, au cours duquel sont restitués les ressentis de l’expérience, sous la forme d’un récit ou d’un tracé cartographique.

Premiers ateliers sur rendez-vous les 16, 17 et 18 novembre 2018.

Infos et réservation d’un créneau : emma.merabet@ens-lyon.fr

  • Projection du documentaire Nature, le nouvel El Dorado de la finance (réalisé par Sandrine Feydel et Denis Delestrac et produit par ARTE France) suivi d’un débat
    • date et salle à venir
    • intervenant à venir
  • Publication d’une revue

    OBJET

    Le Laboratoire Junior Écologie : Natures et Expériences prévoit une petite publication sous forme de recueil d’articles. Le format n’est pas encore choisi, mais les articles feraient entre 10 000 et 20 000 signes. Cet appel s’adresse prioritairement aux membres du laboratoire, mais toute personne extérieure pourra soumettre un article qui sera examiné par le comité d’édition. Cette revue est interdisciplinaire, et toutes les disciplines – littérature, langues, sciences humaines, sociales, exactes – peuvent être convoquées.

    THÉMATIQUE

    Qu’on l’appelle « politique », « phénoménologique » ou « pragmatique », l’écologie n’est pas, comme telle et isolément – sous la forme d’un discours politicien, technique, scientifique ou managérial – le point de départ de ces pensées critiques et constructives, soucieuses de modifier les relations que les humains entretiennent entre eux et avec le monde qu’ils habitent. C’est le constat d’une qualité de vie médiocre, d’une détérioration du monde dans lequel on vit et des lieux qu’on habite, de relations interhumaines fondées sur la domination, l’irrespect ou l’indifférence, d’une organisation de la production et du contrôle de la consommation peu soucieuse des hommes et des libertés, de la réduction de l’humain à des intérêts polarisés sur l’acquisition de biens matériels, qui sont le souci premier. Mais ces pensées, inquiètes du monde et des hommes, portent toujours intrinsèquement en elles une critique de la façon dont on pense la nature et vit dans notre « environnement » ou notre milieu. Toutes exigent, pour sortir d’une situation critique, de repenser la façon dont on habite le monde, le sens de notre action individuelle, collective, sociétale et politique, les relations que nous entretenons avec les autres, humains et non humains. Toutes portent en elles un discours écologique – « qui s’intéresse à la coexistence entre des êtres hétérogènes et interdépendants »1 – et nous obligent à penser autrement, pour, en même temps, changer les conditions de l’action, l’agir lui-même, et notre perception du monde.
    Ces démarches, écologiques en un sens spécifique, semblent avoir en partage un ancrage particulier : l’expérience, ou les expériences. Ainsi, l’expérience peut être le terrain d’expérimentations d’un organisme indissociable de l’environnement avec lequel il évolue, elle peut être une ouverture perceptive et charnelle au monde, ou la manière dont on vit et agit au quotidien, ensemble, et dont on apprend de notre contact constamment renouvelé avec les autres. C’est un concept bien vaste, sans doute, mais qui d’emblée replace l’écologie dans la vie, au cœur des préoccupations quotidiennes, de pratiques particulières ; qui en fait un enjeu existentiel – au sens large : ce qui se joue ici c’est la qualité de l’existence elle-même, la qualité du vécu.

    La « nature », la « biodiversité » ou l’« environnement », ne sont alors plus des espaces neutres et homogènes, apolitiques, là-devant, disponibles à tout moment (et éclipsable à tout moment) pour une intervention humaine sur eux. Ils sont, d’emblée, indissociables des significations, des valeurs, et des priorités conférées par les existences de chacun.e, mobilisées dans une multitude de mondes créés. Qu’on fasse des expériences, qu’on acquiert de l’expérience, ou qu’on ait de l’expérience, l’expérience est toujours expérience dans un monde, avec d’autres, insérée dans un tout et une temporalité distendue ; elle est un engagement qui, même s’il est individuel, implique le(s) collectif(s).

    Né de préoccupations écologiques, mais conscient que celles-ci ne font sens qu’au sein d’existences particulières, le Laboratoire Junior « Écologie, Natures et Expériences » part de l’expérience (des expériences) pour orienter ses recherches dans des disciplines aussi diverses que la philosophie, l’architecture, les arts de la scène, l’écologie scientifique, la géographie, l’histoire, l’anthropologie, etc. Assumant le caractère vague de ce concept, qui peut être investi dans des travaux différents (qu’ils soient qualifiés de « pragmatiques », « phénoménologiques », ou autres, ou qu’ils échappent à toute catégorisation tranchée), il nous rassemble autour de l’intérêt porté aux expériences particulières ou partagées, qu’il s’agit de décrire, de thématiser ou d’interroger, auxquelles il s’agit de donner une voix, ou des voix, afin notamment de mettre en évidence les conflits qui émergent parfois d’expériences différentes et sont souvent présentés (sans cet ancrage dans l’expérience) de manière manichéenne. Expériences qui nous intéressent dans la mesure où elles impliquent des questionnements et des choix éthiques, politiques, et esthétiques qui sont indissociables de problématiques écologiques. Expériences dont la prise en compte nous semble, enfin, indispensable à la formulation d’une pensée écologique réellement effective.

    La revue se propose, autour d’un thème particulier défini à l’avance, de porter son attention sur l’expérience – qui peut être mise au pluriel – l’écologie et la nature – qui peuvent également être mises au pluriel – afin de mettre en évidence le lien indissoluble qu’elles entretiennent entre elles. Lien indissoluble qui peut conduire, dans certaines situations, à des souffrances et perte de sens, à la détérioration de notre expérience, en même temps que de la nature, à une « crise écologique », en somme (celle que nous vivons actuellement). Lien indissoluble qui peut néanmoins, dans certaines conditions, ouvrir sur une expérience plus riche, insérée dans un monde où la vie, humaine comme non humaine n’est pas restreinte dans ses possibilités.

    Deux types de travaux (au moins) nous semblent donc possibles : le premier pourra s’attacher à rendre compte de la nécessaire prise en compte de l’expérience dans les questions relatives au travail, à l’environnement, aux savoirs et savoir-faire, aux pratiques plurielles. Il mêlerait une approche philosophique, conceptuelle, problématisée, à un matériel scientifique et historique et ouvrirait sur divers enjeux, notamment politiques, sociaux, culturels.

    La second pourrait également rendre compte d’expériences, mais investies dans des pratiques effectives – par exemple l’architecture, la géographie, ou l’agriculture – et recueillies par des récits ou analyses d’individus, de groupes ou de pratiques. Elles pourraient aussi prendre la forme de récits d’expérience sous une forme littéraire ou poétique.

    Ces deux types de travaux, solidaires et dépendants l’un de l’autre, viendraient s’enrichir mutuellement, l’approche conceptuelle permettant d’éclairer les expériences, et ces dernières offrant un matériau pour affiner la conceptualisation.

    Les concepts opérants (comme ceux abordés cette année lors de nos rencontres : le milieu, la qualité, la matière, l’habitation, les « affordances », l’environnement etc.) puisés dans l’histoire des idées pourront être ré-investis dans le cadre de ces recherches.

    Ces travaux devront nous permettre de mettre en lumière la nécessité de conférer, dans l’élaboration de nos savoirs, comme dans nos pratiques et leur organisation, une place centrale à l’expérience. Et de mieux comprendre comment il serait possible, méthodologiquement et pratiquement, de lui donner, dans l’organisation de nos métiers, de nos pratiques et plus largement de nos sociétés, cette place qui lui revient.

    Le thème de ce premier numéro sera : « Expériences et limites ».

    AGENDA ET CALENDRIER

    La publication du recueil est prévue pour juin 2019. La date limite pour l’envoi des articles est début avril, pour se laisser le temps de discuter, d’échanger, et le cas nécessaire, de réécrire.

    Note : 1. Hache, Émilie. Ce à quoi nous tenons: propositions pour une écologie pragmatique. Paris, France: Les empêcheurs de penser en rond : La Découverte, 2011.

    M. Bedon et P.-A. Goyet