Une capacité d’action de l’environnement ? John Dewey et la “piété naturelle”

Prochaine séance du séminaire ECONES

Louis Quéré – Sociologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur de l’institut Marcel Mauss..

La “piété naturelle” comme composante d’une “juste perspective dans la vie”. Selon John Dewey.

Résumé :
“Dans sa philosophie de la religion, John Dewey critique ceux qui manquent de “piété naturelle”. Pour lui, la “piété naturelle” doit faire partie intégrante d’une “juste perspective dans la vie”. Je voudrais expliquer pourquoi Dewey accorde une telle importance à cette attitude, qu’il considère comme religieuse. La principale raison est sa conception de l’intégration première de l’organisme et de l’environnement, qui l’amènera, vers la fin de sa vie, à substituer une problématique de la trans-action à celle de l’inter-action. La “piété naturelle” ne se justifie que si l’on renonce à l’idée d’une extériorité mutuelle de l’organisme et de l’environnement, et  l’on attribue une véritable capacité d’action à l’environnement.”

18 juin à 14h – 16h – ENS de Lyon – salle D2 002.

L’entrée est libre, et sans réservation.

Contact : julie.arnaud@ens-lyon.fr

Arne Naess et l’expérience des valeurs

Prochaine séance de séminaire : 

                              Le mercredi 29 mai à 18h à l’ENS de Lyon, salle D2 002

                                                 Stéphane Dunand

Viendra nous parler d’écosophie, expérience et valeurs chez le philosophe norvégien Arne Naess, fondateur de la deep ecology.

Stéphane Dunand est philosophe, auteur de « L’expérience du monde », essai qui clôt l’ouvrage La réalisation de soi. Spinoza, le bouddhisme et l’écologie profonde. Arne Naess, éditions Wildproject (2017).

 

L’intervention est ouverte à toutes et tous, dans la limites des places disponibles.

Résumé de l’intervention

Pourquoi faut-il lutter pour préserver une forêt où d’autres projettent de faire passer une route inutile ? Arne Naess pense que ce qui motive le défenseur de cette forêt est l’amour qu’il éprouve pour elle, son désir de préserver sa valeur, par exemple sa beauté. On dira alors qu’il est irrationnel, qu’il prend son expérience pour une révélation du monde, alors qu’elle n’est qu’une illusion. La beauté de la forêt est dans son œil de spectateur et l’attitude de l’activiste n’est alors qu’affaire d’émotion, tandis que la défenseur de la route est du côté de la raison : ce qui nous entoure n’a de valeur qu’instrumentale. Nous allons examiner la réponse ontologique de Naess à ce genre d’argument en esquissant à grands traits son ontologie des gestalts. Nous montrerons ensuite comment cette ontologie peut affronter les conflits de valeur entre personnes différentes, celle qui veut défendre la forêt et celle qui est insensible à sa beauté ou qui la perçoit comme horrible. En effet, si les valeurs sont objectives, la forêt peut, semble-t-il, être à la fois horrible et belle. Naess montrera qu’avoir une expérience des valeurs positives de la nature est le signe d’une vie bonne et d’une réalisation de soi. Le Soi n’étant pas, en un sens que nous verrons, limité aux frontières de notre esprit ou de notre corps, nous verrons pourquoi, il importe que ce que l’on appelle la nature soit en un sens préservée. C’est donc l’ontologie des valeurs et de l’expérience de Naess dont on tentera de dresser les contours.

Calendrier des séminaires

Un mercredi par mois, les membres du Laboratoire ECONES vous invitent à une séance de séminaire : 

Dernières séances

  • 13 mars : Baknadil Merabet : “La nature a-t-elle un prix ? Penser la valeur d’un bien commun”.
  • 10 avril : Stéphane Madelrieux : l’intervention portera sur le rapport nature/culture dans l’empirisme radical de W. James et l’infléchissement (social) de son traitement dans la pensée de J. Dewey.

Séances à venir

  • 29 Mai : Stéphane Dunand, auteur de “L’expérience du monde” dans l’écosophie de Arne Naess, essai qui clôt l’ouvrage La réalisation de soi, Arne Naess, éditions Wildproject (2017). L’intervention portera sur l’expérience du monde dans la philosophie écologique d’Arne Naess.
  • 18 Juin (à préciser) : Louis Quéré, sociologue, directeur de recherche au CNRS émérite et ancien directeur de l’Institut Marcel Mauss.

Appel à contribution : écriture d’article

Ecrire sur l’expérience pour le Laboratoire Junior en vue d’une publication

Le laboratoire vous invite à écrire un article pour une revue annuelle. Vous intéressant à l’expérience et à des problématiques écologiques, vous pouvez, depuis la discipline qui est la vôtre, participer à ce projet ! Toutes les perspectives sont les bienvenues, les expériences étant d’autant plus pertinentes qu’elles sont riches et différentes.

La revue se propose de porter son attention sur l’expérience – qui peut être mise au pluriel – l’écologie et la nature – qui peuvent également être mises au pluriel – afin de mettre en évidence le lien indissoluble qu’elles entretiennent entre elles. Lien indissoluble qui peut conduire, dans certaines situations, à des souffrances et perte de sens, à la détérioration de notre expérience, en même temps que de la nature, à une « crise écologique », en somme (celle que nous vivons actuellement). Lien indissoluble qui peut néanmoins, dans certaines conditions, ouvrir sur une expérience plus riche, insérée dans un monde où la vie, humaine comme non humaine n’est pas restreinte dans ses possibilités.

 

Thème de la revue : “Expériences et Limites”.

Présentation :  L’écologie, ou les écologies, qui nous intéressent ont en partage un ancrage particulier : l’expérience, la rapport vécu au monde. L’expérience peut être le terrain d’expérimentations d’un organisme indissociable de l’environnement avec lequel il évolue et inter-agit, elle peut être une ouverture perceptive et charnelle au monde, ou la manière dont nous vivons et agissons au quotidien, ensemble. Elle est également source de connaissances par le contact constamment renouvelé à ce monde et à autrui. C’est un concept bien vaste, sans doute, mais qui d’emblée replace l’écologie dans la vie, au cœur de préoccupations quotidiennes et de pratiques particulières. Il en fait un enjeu existentiel – au sens large : ce qui se joue ici c’est la qualité de l’existence même, la qualité du vécu.
propositions d’articles attendues avant le 15 juin 2019
Mais prendre pour point d’ancrage les expériences du monde, cela implique de remettre en cause certaines limites – ontologiques, conceptuelles – et d’en chercher d’autres – existentielles. Dès lors, quelles sont les limites de l’expérience? Et quelles expériences des limites faisons-nous? Ou sommes-nous ammené.es à faire?
Modalités Sont attendues des contributions venant de toutes les disciplines de recherche : des sciences, de la littératures, des sciences humaines et sociales; ainsi que de diverses pratiques, qu’elles soient architecturales, artistiques, artisanale, etc. Nous veillerons à l’interdisciplinarité de la revue. Les articles devront comporter environ 15 000 signes. Des images, croquis, dans la mesure où ils servent le propos, pourront être insérés.

Envoyer les propositions et les articles dès maintenant, et avant le 15 juin 2019, aux deux adresses suivantes :
marine.bedon@ens-lyon.fr
pierre-alexandre.goyet@hotmail.fr

Télécharger l’appel à contribution complet :

Le 10 avril : Peut-on avoir une théorie antifondationaliste de la nature humaine ?

Instinct, intelligence et institution dans le pragmatisme de W. James et J. Dewey

Stéphane Madelrieux

Le 10 avril 2019 de 18h à 20h
à l’ENS de Lyon
Salle D2. 102 – site Descartes

         ” La question des instincts n’est pas une question secondaire pour un pragmatiste. Elle est d’abord importante théoriquement, parce qu’elle constitue une voie d’entrée pour comprendre l’intersection du pragmatisme et du naturalisme. Si en effet le pragmatisme cherche à définir ou expliquer les phénomènes humains, depuis les concepts psychologiques jusqu’aux valeurs morales et politiques, en termes d’action et si, par ailleurs, le naturalisme consiste à souligner l’absence de discontinuité entre l’humanité et le reste de la nature, alors le problème de leur intersection se pose sous la forme d’une interrogation sur la continuité entre les conduites humaines complexes, intelligentes et socialisées et leurs tendances naturelles à agir. Que l’être humain ait des instincts comme les autres animaux, que de surcroît ses actions intelligentes et socialisées puissent se comprendre comme le développement de tendances naturelles à agir, telle est la double thèse nécessaire à un pragmatisme qui se veut naturaliste. La redescription de l’être humain comme un être d’abord agissant et doté de tendances innées à agir est en outre importante pour des raisons pratiques, liées à la réforme de l’éducation. Si l’enfant ne présente pas un esprit vide à remplir de l’extérieur, alors « le matériel et le point de départ de toute éducation » (Dewey, 1972, p. 85) sont fournis par ses capacités instinctives à agir, présentes et opérant avant tout apprentissage, et que le pédagogue se doit de connaître pour mieux les orienter. 

Du point de vue philosophique néanmoins, le problème que pose cette théorie psychobiologique des instincts réside dans le maintien, à première vue surprenant, de l’idée d’une « nature humaine ». Malgré leurs critiques de l’essentialisme, du fondationalisme et du déterminisme – positions couramment associées à l’idée d’une nature humaine fixe dont on pourrait dériver les principes de la conduite –, les pragmatistes n’entendent pas éliminer purement et simplement l’idée de « nature humaine ». Le problème revient donc à comprendre si et comment leur théorie des instincts permet aux pragmatistes de reconstruire cette idée de nature humaine en la débarrassant de l’essentialisme et du fondationnalisme qui lui sont traditionnellement associés, tout en maintenant une perspective naturaliste sur la compréhension de la conduite humaine. La ligne générale de cette conciliation est à mon sens la suivante : une analyse bien comprise de la naturalité de l’être humain suffit à saper toute tentative de trouver dans la nature humaine la source d’autorité devant fournir les principes de la conduite. C’est au sein même de la théorie des instincts que l’on trouve les ressources pour montrer que la nature humaine ne détermine pas univoquement la conduite. Comme le dit ailleurs Dewey, c’est parce que le pragmatiste est naturaliste qu’il peut être humaniste.”

Stéphane Madelrieux est Maître de Conférence HDR à l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Entrée libre.
Contact: julie.arnaud@ens-lyon.fr

La nature a-t-elle un prix ?

Séance de séminaire du mercredi 13 mars 2019, à 18h, salle D2 102

Avec Baknadil Merabet, professeur de sciences économiques et sociales

La nature a-t-elle un prix ? Penser la valeur d’un bien commun.

D’où vient cette idée de vouloir donner un prix à la nature ? Dans la théorie économique standard, empêcher la dégradation de la nature suppose la création d’un marché, c’est-à-dire l’association d’une propriété privée et d’un prix. Depuis la publication de l’article de Garrett Hardin « The tragedy of the commons » en 1968, s’est développée l’idée de la monétarisation de la nature. Mais donner un prix à la nature, est-ce épuiser sa valeur ou la faire exister ? Où que nous nous situions dans ce débat, il apparaît que « si la nature n’a pas de prix, ne pas la protéger a un coût » (J. Gadrey et A. Lalucq, 2015).

Prendre soin de l’environnement : pratiques d’agriculteurs

Margaux Alarcon : “Prendre soin de l’environnement : attitudes et pratiques d’agriculteurs.”

Le 23 janvier 2019 à 17h30

ENS de Lyon
Salle D2 034.

Margaux Alarcon, ancienne élève de l’ENS de Lyon en Géographie, est actuellement en 2ème année de thèse au Centre d’écologie et des sciences de la conservation (Muséum national d’histoire naturelle). Encadrée par Anne-Caroline Prévot (CNRS) et Pascal Marty (ENS Lyon), elle travaille sur l’attention aux vulnérabilités environnementales, en particulier aux enjeux relatifs à la conservation de la biodiversité, chez les agriculteurs en France. Nourrissant sa réflexion et son approche par les travaux sur le care, elle s’intéresse aux manières dont les agriculteurs, notamment conventionnels, font évoluer leurs attitudes ainsi que leurs pratiques à l’égard des enjeux environnementaux en lien avec des démarches collectives d’observation de la biodiversité et des réseaux d’échanges de pratiques.
Dans le cadre de ce séminaire, Margaux reviendra sur le contexte et les principaux questionnements de son travail de thèse et présentera les premiers résultats du terrain qu’elle a mené en Hérault en 2018 auprès de viticulteurs et de vignerons impliqués dans des démarches de conservation de la biodiversité et de raisonnement de l’usage des produits phytosanitaires. Elle discutera notamment du lien entre ces premiers résultats et les cadres théoriques du care et de l’environmental stewardship.

 

Philosophie de terrain Une expérience aux jardins

Après deux séances de restitution des résultats, le 5 et le 28 octobre 2018, le groupe de recherche “Philosophie de terrain” (Marion Bérard, Margaux Dubar, Maud Benetreau, Marine Bedon) communique certains de ses résultats, à télécharger ci-dessous : 
– Le premier lien vous conduit vers la présentation par Margaux Dubar et Marion Bérard du groupe de recherche “Philosophie de terrain”, et du projet aux jardins.
– Le deuxième lien vous conduit vers la présentation de Marine Bedon sur la question écologique de “l’éducation à l’environnement”.
– Le troisième lien vous conduit vers la présentations de Maud Benetreau sur la question politique du partage sur les jardins partagés.


Pérégrinations

Protocoles de dérives et de cartographies sensibles, pour éprouver la ville autrement

« Ne pas trouver son chemin dans une ville, cela ne signifie pas grand-chose. Mais s’égarer dans une ville comme on s’égare dans une forêt demande toute une éducation. »

Walter Benjamin, Enfance berlinoise (1930-1933)

Éduquer l’attention, telle est l’ambition de ces ateliers sensibles, qui invitent à des cheminements itinérants dans la ville de Lyon. Suivant plusieurs protocoles de navigation et de perception, ils visent avant tout à provoquer une autre expérience des lieux et de ce(ux) qui s’y trame(nt) – une expérience densifiée de sensations et d’imaginaires, déroutant les logiques de l’économie de l’attention au profit d’une écologie de l’attention (Citton, 2014).

En défendant que la marche est à la fois une lecture et une écriture de l’espace (Careri, 2013), un deuxième volet de ces ateliers consiste à transcrire ces expériences vécues avec les lieux et selon leurs spécificités sous la forme de récits et de cartographies sensibles. Des objets qui figurent des trajectoires singulières, recomposant les paysages traversés et imaginés à partir des traces mémorielles, sensorielles et des matériaux effectivement glanés au cours du cheminement.

Protocole #1 : Éprouver la ville les yeux fermés (1h)

Les yeux fermés et accompagné.e par un partenaire du laboratoire ECONES qui vous guide et assure le bon déroulé de votre immersion, vous parcourez durant quarante minutes la ville, éprouvant la variété de ses textures et de ses rythmes, consentant au flottement qu’induit la perte provisoire du sens de la vue. À quelques reprises, la proposition vous est faite d’ouvrir les yeux pour les refermer aussitôt, ajoutant ces instantanés photographiques à la collection de vos impressions. Une fois interrompues les sursollicitations visuelles et la nécessité de vous situer, spatialement et socialement (Lefkowitz, 2015), à quoi êtes-vous disponible ? Quels sont vos nouveaux repères et à quels espaces ouvrent-ils ?

La marche est suivie d’un échange d’une vingtaine de minutes, au cours duquel sont restitués les ressentis de l’expérience, sous la forme d’un récit ou d’un tracé cartographique.

Premiers ateliers sur rendez-vous les 16, 17 et 18 novembre 2018.

Infos et réservation d’un créneau : emma.merabet@ens-lyon.fr

De l’expérience de terrain en philosophie : les jardins partagés

Evénement : le 5 Octobre

Intervention du groupe de recherche “Philosophie de terrain” de l’ENS de Lyon et l’Université Lyon 3 (Maud Benetreau, Margaux Dubar, Marion Bérard, Marine Bedon) pour réfléchir avec vous sur ce que peut être la place d’un terrain dans la recherche philosophique, et vous présenter quelques résultats de travaux menés sur des jardins partagés dans la ville de Lyon.

A l’ENS de Lyon, salle D2 002, 14h – 17h.

Evénement ouvert à toutes et tous.

Biens communs, risques et animation

Compte Rendu : biens communs, risques et animation

30 janvier 2018

Ce fut une très belle séance, à laquelle hélas nombreux sont ceux qui n’ont pas pu être présents. Mais la faible affluence n’a pas empêché les échanges fructueux et les débats fort stimulants !

Marie a d’abord présenté le concept de “bien commun qui, se retrouvant dans différentes disciplines, prend un sens tout particulier dans le cas de l’économie. Sens non figé qui, néanmoins, est sujet à caution dans ses différentes tentatives de définition. Si des économistes contemporains comme Ostrom mettent en avant la nécessité pour l’économie de modifier ses méthodes d’estimation du “bien commun” qui, semble-t-il, ne puisse être évalué avec les outils traditionnels, cette voie se confronte toujours à une économie “traditionnelle” qui peine à dépasser ce qui apparaît aujourd’hui comme des contradictions incapables de faire face aux nouveaux défis, notamment les enjeux écologiques.

De la même façon, l’analyse du concept de “risque” en géographie a mis en évidence l’incapacité de la “mesure” des risques naturels et de l’établissement de plans de prévention à assurer la sécurité des populations concernées, notamment par l’absence totale de prise en considération des facteurs singularisants des lieux (habités, et donc objets d’une expérience spécifique) que ces risques concernent. Afin de mener à bien ces objectifs, il se révèle urgent d’assortir les dispositifs techniques et les outils technologiques à une authentique prise en considération de l’expérience des populations concernées, tant en amont (dans la “mesure” des risques) et en aval (pour l’établissement des plans d’aménagement et de prévention) : les populations déploient des solutions innovantes face aux catastrophes naturelles, s’adaptent aux évolutions de leur milieu à partir de leurs connaissances et de leurs activités, de leurs pratiques. Les technologies dont nous disposons pourraient servir d’outils articulés à cette expérience afin d’assurer la sécurité des collectivités, et d’améliorer leurs conditions d’existence. Mais, autonomisés, ils se révèlent inopérants voire contre-productif. Cette présentation imagée et rythmée a été l’occasion de riches discussions !

Puis, Tristan est revenu sur le concept d’animation et l’usage qu’on pouvait en faire dans une perspective écologique. A partir de son expérience de terrain en Equateur, il a ainsi proposé un cheminement de pensée qui nous a conduits à interroger nos propres réticences face à des comportements ou des propos qualifiés d”animismtes” – le rejet de l’anthropomorphisme, la méfiance envers les images – et, tout à la fois, notre propension à les mobiliser. En choisissant de parler “d’animation” plutôt que d’animisme, il a proposé une définition originale du terme, à partir d’une analyse du concept “d’âme“, qui permettrait de dépasser l’anthropomorphisme sans se départir de l’intuition qu’ils traduisent : celui d’un mouvement qui anime, comme de l’intérieur, ces entités qui semblent douées de volonté. Ne peut-on pas soutenir que le monde a une âme, là même où l’on refuserait de lui attribuer volontés et désirs ? Il a donné lieu à d’intéressantes réflexions sur l’interprétation de comportements “étrangers” et “étranges“, ainsi que sur la possibilité, les limites et la nécessité de comprendre l’expérience de l’autre. Enfin, les échanges nous ont amené à entrevoir ce qui pouvait apparaître comme une intuition commune, celle d’un monde animé, par delà les divergences culturelles. Un même “monde” (toujours expérimenté) mais ressaisi dans des mondiations paticularisantes (qui déterminent la forme de cette expérience du monde) ?

 

Vous trouverez, ci-dessous, le texte et les diaporamas qui ont servi de support aux présentations.

Pratique théâtrale, travail d’historien et crise environnementale

Compte Rendu : Pratique théâtrale, travail d’historien et crise environnementale

15 décembre 2017

Lors de la dernière rencontre du Laboratoire Junior Ecologie : Natures et Expériences du 15 Décembre 2017, Lucile Demesy et Emma Merabet ont présenté successivement, depuis leur propre pratique et travaux de recherche, les nouveaux questionnements et les reconfigurations qui ont traversé leur discipline – Emma pour la pratique théâtrale, Lucile pour le travail d’historienne – sous le coup de la crise environnementale.

Ainsi, Emma a-t-elle mis en évidence des questionnements nouveaux émergés en cette période de crise, autour des relations qu’entretiennent théâtre et nature. Questionnements qui ont conduit à certaines reconfigurations du théâtre, une fois dépassé le pur et simple rejet de ce dernier comme pratique indifférente voire hostile à la nature ; rejet traduisant une méconnaissance de la pratique théâtrale comme telle et un manque d’attention portée à l’expérience de ceux qui font vivre cet art – puisqu’il s’agit bien, comme l’a rappelé Emma, d’un art vivant, imprévisible, incertain, en relation étroite avec son milieu. Questionnements qui ont donc positivement ouvert sur une redéfinition conjointe de la représentation théâtrale et de la nature, mais aussi sur de nouvelles pratiques du théâtre, inventives et singulières, en prenant au sérieux cette expérience des relations nouées avec le vivant, la matière, le non-humain. Matières fluides et animées mises au devant de la scène, décentrement de l’acteur humain, investissement sensible démultiplié du spectateur,… le théâtre se réinvente en réinvestissant la naturalité polymorphe : le « théâtre matériel » rend compte « d’un monde sensiblement et sensuellement animé », il nous invite à retrouver cette épreuve affective – cette expérience – que nous faisons tous et quotidiennement, mais que nous oublions souvent quand nous sortons de la salle : celle de notre appartenance à un monde au sein duquel nous sommes investis dans des relations diverses et innombrables, et traversés, affectés, composés, recomposés en permanence. Finalement, loin de conduire au désintérêt de la nature comme Michel Serres avait pu le suggérer, c’est, à la fin de l’intervention d’Emma, une invitation à renouer avec la naturalité, en rendant possible une expérience du monde vécue intensément, que permet le théâtre. En ces temps de crises environnementales, il peut ainsi se révéler un indispensable allié dans l’émergence et l’exercice d’une sensibilité écologique.

L’intervention de Lucile permet quant à elle de mettre en évidence deux perspectives ouvertes par la crise environnementale dans la reconfiguration de la discipline historique et du travail de l’historien. Une première consiste en un élargissement de la discipline prenant pour objet l’environnement comme tel, et permettant donc la constitution d’un champ scientifique, dont les concepts et les périodisations sont redessinées : l’histoire environnementale. Mais c’est finalement peut-être un certain partage au sein de la discipline (bien qu’elle conserve de manière générale ses méthodes) qui émerge ici, selon que l’attention se porte sur les représentations et les pratiques culturelles ou sur l’environnement, reconduisant le dualisme nature/culture. Une seconde perspective permettrait de contourner ces écueils. Elle s’ancrerait dans une perspective « situationniste », consistant à prendre au sérieux le caractère situé de celui qui produit un discours, fût-il scientifique. On peut alors envisager une pratique historique prenant pour objet l’environnement, sans jamais le considérer indépendamment des représentations et pratiques socio-culturelles, et s’inquiétant du lieu depuis lequel est produit tout discours, verbal ou textuel. Une pratique s’intéressant alors aux expériences dans lesquelles s’enracinent toutes les sources avec lesquelles l’historien (lui-même inséré dans un contexte depuis lequel il pose ses questions) travaille, expériences qui infusent de part en part dans les matériaux qui font l’histoire. C’est ainsi que l’amour de Lucile pour la nature et la pratique de la randonnée en forêt l’a amenée à étudier le journal La Hulotte, revue naturaliste créée dès les début de la prise au sérieux de la crise environnementale dans les années 1970. Et c’est ainsi que l’historienne se demande, en analysant les publications de La Hulotte sur plusieurs décennies, en quoi une pratique naturaliste (un lien particulier avec la nature) produit une conception particulière de la nature impliquant certaines valeurs, et dans quelle mesure cette conception est amenée à évoluer au fil du temps, du fait de son insertion dans un contexte naturalo-culturel en variation : « Ainsi, l’étude de La Hulotte me conduit à articuler histoire environnementale (car mon objet d’étude est environnemental), histoire sociale des représentations (pour contextualiser les perceptions, les représentations et les pratiques associées à l’environnement) et histoire du temps présent (puisque la périodisation adoptée me confronte à la question du statut de l’archive et de la multiplicité des sources, en particulier les sources orales, avec la possibilité de réaliser des entretiens). »

Ces quelques lignes introductives, loin d’épuiser la richesse des interventions de Lucile et Emma, permettent de mettre en évidence une reconfiguration possible des pratiques humaines, artistiques et scientifiques, dans une certaine direction, plaçant au cœur de l’attention l’expérience, ou, ce serait plus juste, les expériences, mais comme terrain partagé de l’affectivité humaine. Les perspectives d’Emma et Lucile s’ancrent ainsi dans des questionnements plus vastes ou englobants : Pourquoi est-il aujourd’hui, à l’heure des préoccupations environnementales de plus en plus urgentes, nécessaire de tenir compte de l’expérience ? Comment rendre compte de l’importance de cette dernière dans notre compréhension du monde naturel et des relations que nous entretenons avec lui ? Comment cela est-il mené ou peut-il l’être, dans chacun des domaines ; quelles sont les modalités possibles d’attention à ou de prise en considération de l’expérience dans les différents champs ? Sur quels résultats cela ouvre-t-il ? En dernière instance, la confrontation de nos travaux pourrait nous conduire à nous demander si ces résultats peuvent être systématisés, et dans quelle mesure, à quelles reconceptualisations ils peuvent mener.

C’est là le sens du travail interdisciplinaire que nous menons, faisant partager nos questionnements et résultats, ainsi que, plus globalement, l’état d’avancement de nos disciplines sur ces questions. C’est ainsi que, en confrontant nos travaux, nous essaierons de dessiner quelque chose comme une direction commune, mais loin d’être homogène, que peuvent prendre les disciplines et les pratiques, depuis le concept clé d’expérience. Une voie se trace effectivement dans cette direction, à des vitesses variables selon le champ du savoir ou de pratique considéré, connaissant des résistances plus ou moins importantes en fonction des enjeux dans lesquels est inséré ce dernier, mais voie sur laquelle nous aimerions porter notre attention et à l’élaboration de laquelle nous souhaitons apporter une contribution.

Marine Bedon – 12 décembre 2017

Vous trouverez ci-dessous les textes de présentation :

Écologie : Natures et expériences – une petite présentation

Bienvenue !

Le Laboratoire Junior Écologie : Natures et Expériences est un laboratoire interdisciplinaire de l’ENS de Lyon, dont les membres sont des étudiants et des chercheurs. Nous sommes issus de l’architecture, de la géographie, de la philosophie, de l’art de la scène, de la littérature française et étrangère, de l’histoire, de l’économie, etc.

Animés par des préoccupations environnementales, nous abordons la question des relations entre individus, humains et non humains, en prenant pour point d’ancrage ou point nodal l’expérience. L’expérience, par laquelle nous nous confrontons au monde et qui nous fournit une connaissance de ce dernier et de nous-mêmes, est à la fois cette dimension commune de l’affectivité humaine – le vécu – et une rencontre plus ou moins singulière, celle immergée dans un contexte donné et émergée d’une pratique spécifique, insérée dans un ensemble de relations tissées par des individus particuliers.

En donnant à l’expérience – et aux expériences vécues et partagées – une place de choix dans nos recherches, nous souhaitons ainsi mettre au jour les différentes modalités des relations que nous nouons avec l’autre, humain et non humain, dans chacune de nos pratiques, afin de mettre en évidence les sens de la « nature », les modalités de sa présence (de « quelque chose de naturel »), et la signification, voire les valeurs attachées à cette présence. La réflexion sur l’expérience (qu’est-ce qui se joue dans l’expérience et pourquoi est-il nécessaire alors de lui donner un rôle central voire fondamental ?) s’accompagne d’une réflexion commune sur nos pratiques respectives, en fonction de nos disciplines (comment tenir compte de l’expérience ? S’agit-il seulement de constituer un stock de données ? Quelles méthodes adopter ? Qu’est-ce que cela engage dans l’élaboration de nos savoirs et de nos pratiques, dans leur exercice ?), et devrait permettre d’ouvrir sur une manière spécifique d’aborder l’écologie.

Nous nous réunissons régulièrement au cours de séances de séminaire, où nous présentons nos travaux. Nous organisons par ailleurs des manifestations scientifiques, et prochainement des ateliers plus pratiques. Ce carnet hypothèses est à la destination des membres du Laboratoire, il permet de publier les compte rendus des séances de séminaire, ainsi quele calendrier des prochaines séances et manifestation. Il est également à destination d’autres chercheurs, étudiants et autres, qui seraient intéressés par ces problématiques et par les activités du Laboratoire.

Bonne visite !